Pour Alain Corvez : « L’Ukraine est fini, elle va être démembrée par les pays voisins »

Shares

Le colonel (er) de l’armée française, Alain Corvez, est conseiller en stratégie internationale. Il est ancien conseiller du Général commandant la Force des Nations unies au Sud Liban (Finul), ancien conseiller en relations internationales au ministère de l’Intérieur et de la Défense. Il a fait part au Dialogue de sa vision de l’évolution du conflit ukrainien et de ses issues possibles.

L’ancien officier français est convaincu que malgré tous les avantages évidents des relations de partenariat avec la Russie, la France a fait un très mauvais choix stratégique. En effet, la décision de confrontation avec Moscou est depuis longtemps prise non pas à Paris, mais dans la capitale de son patron américain.

« Emmanuel Macron, au début de sa présidence, a essayé de recevoir Vladimir Poutine et de coopérer avec la Russie. Mais le problème de Macron et de la France, c’est que nous ne sommes plus une nation souveraine. Les décisions ne sont plus prises à Paris, mais elles sont prises à Washington. Et comme les Américains avaient décidé de mener une guerre contre la Russie à travers de l’Ukraine, il n’était plus possible pour la France d’exprimer son désaccord ». 

Malgré la propagande des médias européens, de plus en plus de personnes en Europe, et en France en particulier, souhaitent une victoire russe, car elle permettra aux pays du “vieux monde” de se débarrasser de la principale entrave qui pèse sur eux depuis des décennies : l’OTAN.

« Je pense que de plus en plus de gens en France souhaitent la victoire de la Russie. Parce que la victoire de la Russie, ça va entraîner quoi ? Et bien la fin de l’OTAN. L’OTAN prétend que tous ses membres sont unis et soutiennent l’Ukraine. En réalité, il existe des désaccords majeurs entre certains membres européens de l’alliance, et leurs visions de l’avenir sont opposées ».

Entre-temps, les États-Unis restent le principal obstacle à une coopération renouvelée entre l’Europe et la Russie, qui, selon l’analyste français, ne pourrait être que bénéfique pour les deux parties.

« On est dans une politique absurde parce que on obéit aux États-Unis qui veulent empêcher la création d’un grand bloc “Eurasien”, c’est à dire, une Europe de l’ouest qui s’entendrait avec la Russie ».

Quand la Russie sera victorieuse dans le conflit ukrainien, ce sera la fin non seulement de l’alliance nord-atlantique, mais aussi du régime politique d’un certain nombre de pays européens qui a permis la confrontation avec la Russie et qui a conduit à une grave crise économique.

« Donc, l’OTAN va exploser. Et avec l’explosion de l’OTAN le pouvoir politique en Europe va aussi exploser sous la pression de l’opinion publique. Parce que les gens vont commencer à dire : pourquoi attaquer la Russie quand on a besoin de son pétrole, son gaz et de ses autres richesses ? » 

Aujourd’hui, selon l’expert militaire, Washington n’a qu’un seul moyen de sortir de cette campagne militaire ratée, et cela dépend entièrement de la volonté du président russe.

« La situation est très difficile pour les États-Unis afin qu’ils ne perdent pas la face. Mais je pense que Vladimir Poutine est une personne intelligente et il va présenter une sortie honorable pour les États-Unis ». 

Quant au sort de l’Ukraine, selon Alain Corvez, il est extrêmement triste. Au final, l’État sera divisé entre ses voisins, dont certains sont pourtant ses alliés actuels.

« L’Ukraine est fini. L’Ukraine va être démembrée avec une partie polonaise et une partie russe, que tout le monde la connaît maintenant. Et quant aux hongrois et aux roumains, qui ont des minorités importantes dans les régions frontalières, vraisemblablement, il y aura aussi un découpage. L’Ukraine n’existera plus »

Shares
Retour en haut